lundi 15 mai 2017

Itinérance dans l'Aubrac du 15 au 17 mai 2017, Etape 1

LUNDI 15 MAI 2017.


Le jour J est arrivé. Cyrus est à l'heure pour me récupérer avec mon chargement et mon vélo, et nous voilà parti au petit matin en direction de Laguiole dans l'Aveyron pour une itinérance en VTT BUL.

En route pour Laguiole.

Nous arrivons sur la Place du Foirail sur les coup de 12h50. Nous avons grand faim, alors avant d'entamer notre pérégrination sur les terres de l'Aubrac nous décidons de nous restaurer dans un restaurant tout proche. 
Enfin il est temps de partir, mais avant nous rendons hommage au taureau en bronze qui se trouve sur la place. Comme il est de coutume parait-il, nous lui touchons les ... Soit disant que ça porte chance 😅
Cette formalité faite nous partons enfin à 13h55. 









Le début se fait à bon rythme. C'est très roulant même si ça monte. La pente est douce et nous roulons sur des pistes. Il fait très bon, le ciel est bien bleu et la température presque estivale. En moins de 10 km nous prenons plus de 300m. Juste avant d'atteindre le sommet de la journée, nous arrivons à une zone humide. La beauté du lieu nous ravi, le tapis végétal semble glisser doucement dans l'eau. Nous sommes tellement subjugués qu'en repartant nous ne regardons pas les marquages du GRP du Tour des Monts de l'Aubrac que nous suivons, ni même nos GPS, si bien que nous nous engageons sur le mauvais sentier. Ce n'est pas grave, nous nous en rendons compte rapidement et retournons rapidement sur la bonne trace.

Nous laissons Laguiole derrière nous.

Les premières balises du GRP.


Premières estives.










Nous basculons, quittons la forêt et ça y est nous sommes au coeur du plateau de l'Aubrac. Voici enfin les paysages que nous sommes venus chercher : ces immenses étendues herbeuses à perte de vue, entrecoupées par des kilomètres de clôtures de barbelés mais sans les vaches de race Aubrac. Elles ne sont pas encore montées dans les estives. La Transhumance est pour les 27 et 28 mai. 
Cependant, même si elles ne sont pas là, les clôtures sont fermées et nous devrons ouvrir et fermer un grand nombre de barrières et autres portillons. Ce qui cassera grandement le rythme de notre progression. Il y a encore une chose qui nous agacera un petit peu. C'est que les chemins sont parfois transformés en ruisseaux. Il y a de l'eau partout.

La première d'une longue série de barrière.


Enfin sur l'immensité du plateau de l'Aubrac.







Peu avant le Pont des Quilles nous empruntons une départementale qui va nous mener à Saint-Urcize et Recoules-d'Aubrac juste après. Le paysage change de nouveau. Nous avons quitté les "steppes" de l'Aubrac et nous nous dirigeons droit vers le nord. 

Le pont des Quilles sur le Rioumau.


Saint-Urcize.



Un travail.

Il fait de plus en plus chaud et nos réserves d'eau s'épuisent rapidement, aussi il faut songer à ravitailler. Ce sera fait juste après La Chaldette, au hameau de Reyrac. A la sortie de La Chaldette, un local m'a indiqué que nous y trouverons une fontaine d'eau potable. Selon lui tout le monde y boit. Mais en arrivant sur place nous nous rendons compte qu'elle se trouve juste en dessous d'un pré, un bourbier plutôt, où "paissent" tranquillement des vaches. Nous ne sommes pas convaincus de la potabilité de l'eau. Nous demandons de l'eau dans une première maison, mais l'habitant des lieux nous renvoie vers la fontaine. Je cherche un peu et je trouve enfin une bonne âme charitable qui nous permettra de remplir nos réserves du précieux liquide.



Monsieur Aubrac.

Madame et Monsieur Aubrac.




Le Truc du Cheylaret.

Il se fait tard et je commence sérieusement à accuser le coup. Le lever à 5h du matin, la route, même si je n'ai pas conduit, la chaleur et le profil de la sortie ont eu raison de mon état de forme. Cyrus commence donc à prospecter un endroit où nous pourrions bivouaquer. Et c'est juste après Le Cheylaret, au lieu-dit "Poux de Fajot" (1150m) que nous nous installerons pour la nuit. Nous sommes à l'abri sous des résineux, en retrait du chemin. L'endroit est tout simplement superbe. La vue y est magnifique, nous avons à 100m une fontaine pour la toilette et il n'y a pas âme qui vive à moins d'un kilomètre. Le pied ! Nous plantons les tentes, préparons un feu et nous dînons. A 21h30 tout le monde est au lit.

Le bivouac.







Notre salle de bain du jour.


Les chiffres du jour :
39,8km
04h01 de déplacement (05h34 pauses comprises)
9,9km/h de moyenne (7,1 pauses comprises)
50,4km/h de vitesse max
899m D+
817m D-
Altitude minimale 989m
Altitude maximale 1337m

3 commentaires:

  1. Un chouette cr et photos, une bonne idée de bul

    RépondreSupprimer
  2. votre rando est magnifique, est-il possible de télécharger la trace gpx ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour cher inconnu ;) tu trouveras la trace sur le site Utagawa.com en faisant une recherche à partir de mon pseudo, Markitos, sur le moteur de recherche des traces. Cordialement.

      Supprimer