lundi 2 mai 2016

Chemin de Stevenson (GR70), étape 1 : Le Puy en Velay (43) - Le Bouchet Saint Nicolas (43), lundi 02 mai 2016.

Après plusieurs mois à mûrir mon projet d'itinérance sur le Chemin de Stevenson (GR70), le jour J est enfin là. C'est donc à 5h du matin que j'ai pris la route en direction du Puy-en-Velay. J'y arrive enfin à 10h30. Je gare la voiture juste à côté du centre aquatique La Vague à proximité immédiate du GR. C'est à la sortie du Puy, à l'un des rares endroits où l'on peut stationner gratuitement.




Je me prépare, ainsi que le vélo et je m'élance pour 6 jours de VTT sur le Stevenson à 11h. Le temps est couvert, il y a du vent du nord, il caille mais il ne pleut pas.
Allez c'est parti !
D'entrée de jeu ça monte. Et oui Le Puy est dans une cuvette, et il faut rejoindre le plateau. Les 200 premiers mètres sont fait sur la route mais rapidement je rejoins le premier chemin. Pour l'instant tout va bien. J'arrive enfin à une bifurcation qui m'indique que suite aux travaux de la déviation de la N88, le GR est dévié. Pas grave, la signalétique est bien faite et je n'ai qu'à suivre les balises. Mais cette déviation va me confronter à ma première difficulté : une grosse montée bien raide pleine de gros cailloux. Je tente de la faire sur vélo mais je dois vite me rendre à l'évidence, il va falloir pousser. Ce sera le premier poussage d'une longue série. 








Les premiers kilomètres se passent relativement bien, et je dois vite enlever le maillot thermique. Le GR70 est commun en ce début avec le GR430 (Chemin de St Régis) et, jusqu'à L'Holme, avec le GR3 (Sentier de la Loire). Je rejoins rapidement le GR officiel juste avant Coubon, où je franchirai une première fois la Loire. Ce n'est pas le grand fleuve que l'on connait. On est au plus près de sa source.









Tout autour de moi je vois des sommets enneigés. J'espère que je n'aurai pas de névés à traverser. 
J'arrive un peu après 13h30 au Monastier-sur-Gazeille, le village d'où parti Robert-Louis Stevenson avec son ânesse Modestine pour Saint-Jean-du-Gard en 1878. Je m'y restaure sur la place du château. Il y a un vent énorme et j'ai froid. Aussi je repars rapidement. 







En bas le Monastier-sur-Gazeille.







Je dois franchir encore une montée impossible après franchi la Gazeille, mais ça se passe bien. Le plat de résistance de la journée m'attend à Goudet. Tout d'abord il y aura une descente hyper technique, qui dans des conditions normales doit pouvoir se descendre pour de bons enduristes. D'ailleurs un parcours VTT passe là. Mais dans mon cas, avec le poids relativement élevé de mon sac à dos et le vélo bien chargé également, j'en descendrai 75% à pied. J'y croiserai des randonneurs qui ont halluciné me voir là avec le vélo. Ce sera d'ailleurs ainsi durant ces 6 jours. Les randonneurs pédestres ne pensaient pas qu'il était possible de faire le Stevenson en VTT. Il est vrai que le GR passe à des endroits bien accidentés. Mais je me suis fixé un objectif que je me répèterai tout au long du Chemin , même lors des moments les plus durs : JE NE TRICHE PAS, JE FAIS LE GR ET RIEN QUE LE GR !!!





 La descente sur Goudet, et la Loire en contrebas.







Ma Modestine prêtée par ma fille.

Je fais une petite pause au village pour profiter des belles vues sur la Loire et ses gorges. Mais je ne me doutais pas de ce qui m'attendait juste après. Et oui, une fois au fond de la vallée, il faut remonter. Au début c'est par la route, pas de problème. Mais une fois celle-ci laissée de côté, j'emprunte un chemin avec d'énormes caillasses bien rondes, qui même à pied sont un calvaire. Même pas moyen de pousser le bike. Il va faut alors le porter ... pfffff c'est dur. 
Mais une fois arrivé en haut je me retrouve sur un plateau volcanique typique du Velay. Je passe par les hameaux des Bargettes, de Ussel, l'Etang du Péchay sans rencontrer d'autres difficultés avant d'arriver enfin au Bouchet-Saint-Nicolas, terme de ma première étape, à 18h45.








Dans le lointain le Bouchet-Saint-Nicolas.

Il était temps que j'arrive au gîte La Retirade, le repas étant servi à 19h dans la salle commune. Après une rapide douche, je peux mettre enfin les pieds sous la table et profiter d'un excellent repas en compagnie de 17 autres randonneurs.
Comme la journée fut bien longue entre mon réveil à 4h15, la route et mon étape, je peux vous dire que je n'ai pas traîné après le dîner et le sommeil fut réparateur.


Le Bouchet-Saint-Nicolas fut aussi la première étape de RL Stevenson.

Les chiffres de l'étape:
43km
1378m de D+ 
1005m de D-
Altitude mini : 627m
Altitude max : 1228m
5h18 de vélo (7h46 avec les pauses)
8,1 km/h de moyenne (5,5 avec les pauses)
50,9 km/h max

1 commentaire: