mardi 16 mai 2017

Itinérance dans l'Aubrac du 15 au 17 mai 2017, Etape 2

MARDI 16 MAI 2017.



J'ai eu une nuit un peu agitée. J'ai perdu l'habitude de dormir sous la tente, loin du confort de mon doux foyer. De plus la clarté de la lune m'a réveillé en pleine nuit, j'ai cru que quelqu'un éclairait le campement et ma tente avec une lampe-torche. Je me suis levé et j'ai du coup profité du magnifique spectacle que m'offrait le ciel : les étoiles y brillaient de mille feux. C'était superbe.
Je me suis réveillé à 6h40. J'ai tenté de raviver le feu sans succès. J'ai alors petit-déjeuné en profitant du lever du jour sur les vallées environnantes et sur les Monts du Cantal qui semblent si proche. Cyrus n'a pas tardé à me rejoindre. Lui a parfaitement bien dormi, il a même scié un peu de bois 😅
Une fois le campement replié, rangé et nettoyé, nous nous sommes remis en route, en suivant toujours le GRP et ses balises rouges et jaunes.

Le jour se lève sur le bivouac.

Cyrus dort encore.


Les nuages vont vite disparaître. 

Les Monts du Cantal au nord.

Le Truc du Cheylaret. C'est un ancien volcan.


Le début du parcours du jour est relativement aisé. Nous allons descendre pendant plusieurs kilomètres jusqu'à Saint-Juéry. Les pistes sont relativement roulantes. Tant mieux, cela permet de chauffer les muscles sans se mettre minables dès le départ. Nous progressons entre de vastes prairies et des forêts de résineux et de hêtres. L'arrivée sur Saint-Juéry se fait par une longue descente sur piste puis sur route. Le village est un peu en contrebas du GRP mais nous avons décidé d'y aller pour y prendre un bon café et pour ravitailler en eau. Ce village mérite vraiment une petite visite. Il est situé sur un méandre du Bès, et il est très beau. Mais il se meurt comme nous l'ont expliqué la tenancière du café et son seul et unique client du matin. Pour l'eau nous nous sommes servis directement à la fontaine Fouon Del Roc sur les rives de la rivière Bès, sur leurs conseils.






Le début de la descente vers Saint-Juéry.

Saint-Juéry.





Nous repartons. Par contre à partir de maintenant cela va monter pendant de nombreux kilomètres. Ce n'est pas dur cependant. Nous gérons notre effort. Parfois nous nous retrouvons dans un sentier étroit mais difficilement roulable parce qu'il a été transformé en bourbier par le ruissellement des sources nombreuses dans le coin. Nous atteignons rapidement Fournels, et l'on commence à avoir faim. Aussi nous allons nous ravitailler en produits locaux, fromages et cochonailles, pour pouvoir nous restaurer tranquillement sur une aire de pique-nique au bord de la rivière. Je cherche, sans succès, par la même occasion une pharmacie pour y acheter de la Biafine ... nous avons les bras et les jambes complètement cramées par le soleil. Et bien sûr nous ne pensons pas à acheter à l'épicerie de la crème solaire. Erreur fatale 😨Nous profitons de cette pause et d'un accès au net presque potable pour vérifier la météo. Et là Cyrus me fait savoir que le mauvais temps est annoncé pour le sur-lendemain : orages, fortes pluies et vent fort. Aïeeee, notre 4ème jour risque de mal se passer si les prévisions sont exactes ! 







Pique-nique à Fournels.


C'est donc songeurs et soucieux que nous reprenons notre marche. Déjà nous avons décidé de ne pas faire la variante du GRP qui passe par Saint-Chély-d'Apcher. On a envie de rouler sur l'Aubrac authentique et la variante nous fait contourner encore plus le plateau.
Mais avant d'arriver à la bifurcation entre la variante et le tracé principal, nous décidons de nous arrêter à l'auberge de Termes. Nous voulons quand même prendre un repas chaud et une petite mousse pour étancher la soif. Mais un accueil des plus déplorables nous en a dissuadé. Aussi nous repartons dépités. Pas grave, il y a d'autres communes sur notre chemin et d'autres occasions de boire une bonne bière fraîche. Mais à Termes nous devions récupérer le tracé principal du GRP, et manque de bol, nous nous sommes trompés et sommes repartis sur la variante. Nous nous en sommes aperçus rapidement mais au lieu de faire demi-tour, Cyrus m'a proposé de couper par Aloziers et la Fage Saint Julien. Nous avons retrouvé le tracé prévu juste avant le Truc de l'Homme, le point culminant de la journée.






Termes.





Durant notre progression nous discutons beaucoup quant à la suite à donner à notre itinérance, surtout en ce qui concerne la journée de jeudi. Il est clair que si l'on suit ce qui est prévu, nous allons souffrir à cause de la météo. Aussi d'un commun accord, nous décidons de laisser tomber la partie sud du GRP et de partir sur le GR65, le Chemin de Compostelle, qui traverse le plateau d'est en ouest. Ainsi nous pourrions regagner Laguiole mercredi au lieu de jeudi. Tant pis, je ne verrai pas le Buron des Rajas... 😔
Nous nous ravitaillons aussi en eau à Salèles, les réserves diminuent à la vitesse grand V, il fait de plus en plus chaud, et nos coups de soleil empirent. 
Après le Truc de L'Homme, la pente s'inverse et c'est après une longue descente que nous atteignons Aumont-Aubrac. C'est à partir de là que nous allons suivre le GR65. Mais avant nous nous attablons à une terrasse et dégustons une bonne bière bien fraîche. Nous refaisons également le plein d'eau.

Le Truc de l'Homme.



Nozières.


L'arrivée à Aumont Aubrac se mérite.




Après cette pause bienfaitrice, nous cherchons le Chemin. Pas difficile de le trouver car après une journée et demi seuls sur le GRP, nous allons partager les sentiers avec de nombreux pélerins. Il suffit alors de les suivre. 
Nous avons décidé de faire étape à proximité de Finieyrols pour pouvoir dîner à l'Auberge des Gentianes. 
A partir de maintenant ce ne sera que du pur bonheur. Nous laissons derrière nous le GRP et ses larges pistes et nous enfonçons dans le cœur du plateau de l'Aubrac à partir du carrefour des Quatres Chemins. Les sentiers sont plus techniques et bien plus funs.  Enfin voilà ce que nous étions venus chercher. Par contre il y a toujours autant d'eau et certains passages sur les tourbières se font sur des passerelles en bois.









L'un des nombreux burons de l'Aubrac.




Nous arrivons à destination vers 18h15. Nous trouvons rapidement un endroit où bivouaquer. Ce sera sur la pelouse d'une vieille maison qui semble déserte. On installe le campement, nous nous changeons et allons à l'Auberge des Gentianes où nous dînerons en compagnie de nombreux pélerins. Ce sera un aligot saucisse "pas" fait maison et du vin qui pique. Nous nous en contenterons cependant. Il est temps enfin d'aller nous coucher. Ce soir nous ne faisons pas de feu, nous sommes installés chez des particuliers. 







Les chiffres de l'étape 2:

63,95km
05h22 de pédalage (9h24 pauses comprises)
11,9km/h de moyenne (6,8 pauses comprises)
52,6 km/h max
D+ 1222m
D- 1281m
Altitude minimale 921m
Altitude maximale 1260m

Aucun commentaire:

Publier un commentaire